25/06/2015

Le Laser : Est-il aussi efficace qu’une chirurgie esthétique ?

 

Le terme Laser est un acronyme de Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation. Cette lumière est une invention révolutionnaire qui a submergé le domaine de la dermatologie et de l’esthétique.  Elle doit son succès à sa très haute concentration et précision. 

Comment ça fonctionne ?

L’usage du Laser dans le domaine de la dermatologie permet de traiter et de corriger plusieurs pathologies et imperfections cutanées. Il existe plusieurs variétés de lumières chacune se distingue par la longueur de ses ondes (les ultra-violets, l’infra-rouge…). Si on distingue une lumière qui n’est composée que d’une seule longueur d’onde, c’est donc une lumière monochromatique ; le LASER. La lumière qui présente des différentes longueurs d’ondes s’appelle Lampe Flash ou Lampe à Lumière Intense Pulsée. Les dernières technologies ont permis l’invention d’appareils regroupant en même temps plusieurs lumières à des longueurs d’ondes différentes (radiofréquence), pour optimiser leurs efficacités. Le principe du traitement au LASER consiste à focaliser le faisceau lumineux sur la zone cutanée à traiter. Le traitement se fait, soit par l’échauffement de la zone ou par la destruction. 

Pour quelles raisons ?

  • Le LASER a souvent été utilisé pour le traitement cutanée à but esthétique comme :
  • L’épilation définitive du visage et du corps.
  • Le traitement anti-âge par comblement des rides.
  • Le détatouage.
  • Le traitement des rougeurs des couperoses, rosacée, angiome, varicosités des jambes…
  • Les vergetures rouges et blanches

Les dermatologues élargissent le périphérique de l’utilisation du LASER pour remplacer les chirurgies lourdes comme la chirurgie esthétique de Liposuccion ou la Mentoplastie. En effet, le LASER étant très précis, vise la graisse cumulée et disgracieuse pour la détruire grâce à sa température très élevée. Les patients s’orientent de plus en plus vers cette pratique qui s’avère l’alternative miraculeuse aux chirurgies lourdes : Elle ne présente aucuns risques lors de l’acte chirurgical, des suites post-opératoires légères et indolores, nécessite une anesthésie locale et pas d’hospitalisation.

 

12/02/2015

Pour atténuer une cicatrice : Les traitements esthétiques

visage.jpg

On distingue deux types de cicatrices, les cicatrices d’origines diverses (acné, varicelle, traumatisme accidentel...)  et les cicatrices consécutives à un acte chirurgical et dont l’évolution est variable selon les individus. 

Pour les cicatrices « superficielles » d’origines diverses, consultez votre dermatologue et ne perdez pas votre temps avec des petits soins qui ne vous apporteront aucune amélioration.

 

v2.jpg

 

Le peeling est une technique esthétique réalisée en Tunisie à  la neige carbonique. En fait, il s’agit d’un peeling physiochimique. Cette thérapeutique est douloureuse et nécessite une prémédication. En outre, des sédatifs sont prescrits à l’issue de son exécution. Si l’application a été intensive, une croûte peut rapidement se former et persister pendant plusieurs semaines. Les croûtes doivent tomber d’elles mêmes.

Après le peeling, le patient doit impérativement nettoyer la surface traitée avec des produits doux comme le Dermopain (laboratoires Ducray) ou des produits compacts nettoyants (laboratoires Keffrane), qui sont vendus en pharmacie. Les expositions au soleil sont totalement interdites pendant trois mois. De plus, pendant cette même période, il est indispensable d’appliquer un écran total.

Les cicatrices déprimées, consécutives à l’acné, à la varicelle, ainsi qu’à certains traumatismes accidentels ou chirurgicaux, peuvent être traitées par dermabrasion.

Toutefois, ce traitement ne peut s’appliquer que sur le visage et les cicatrices ne doivent pas être trop profondes, mais suffisamment larges. Pour obtenir de très bons résultats, il peut être nécessaire de renouveler deux ou trois fois la dermabrasion. Un échelonnement sur douze mois, à la cadence d’un traitement environ tous les six mois est conseillé. Parfois, on peut combler une cicatrice en creux avec du collagène.

v.jpgPour les cicatrices consécutives à un acte chirurgical est recommandé. On peut masser la peau avec une crème à l’alantoïne ou frotter légèrement avec une racine fraîche de consoude. L’application de champs électromagnétiques, la veille de l’opération et quelques heures après l’intervention, réalise également une prévention efficace des cicatrisations difficiles.

Les chéloïdes, sortes de bourrelets cicatriciels, sont souvent rouges, saillants et hypersensibles. On peut les prévenir par des techniques de suture des flans cutanés, utilisées en chirurgie plastique. Si après quelques mois elles persistent malgré un massage avec une pommade aux corticoïdes, on peut les traiter par la mésothérapie.

06/02/2015

Les techniques de comblement des rides

comblement.jpg

Ces procédés visent à remplir le sillon que constitue une ride afin que sa visibilité soit moindre. A cet effet, on peut injecter divers produits : du collagène, des silicones, de la graisse, du goretex, du fibre ou du corail.

Les collagènes

Ils existent sous diverses présentations que le médecin choisira en fonction de la profondeur et de l’emplacement des rides. Avant de procéder aux séances proprement dites, il faut éliminer les possibilités de réactions allergiques en procédant à des tests cutanés avec une quantité minime de produit. En l’absence de réaction au troisième et au trentième jour, on peut débuter le traitement.

Le produit, conservé au réfrigérateur jusqu’à la dernière minute, est tout prêt dans des seringues stériles. L’injection se fait superficiellement avec des aiguilles très fines de 3/10 de mm de diamètre. Soit on fera une injection traçante le long de la ride, soit on procédera par injection de microgouttelettes du produit à quelques millimètres d’intervalle. Cette technique permettra de réduire les ridules et donner un effet lifting au visage

Les silicones

Après avoir été totalement interdites en France, elles sont à nouveau tolérées, mais pour combien de temps, puisqu’aux Etats Unis, on vient à nouveau de les retirer de la panoplie des médecins ?

Ces produits ne sont en effet pas sans inconvénients, sachant que leur poids peut les faire migrer sous la peau, par exemple au dessus de la lèvre supérieure, et occasionner un disgracieux aspect de goutte .

Injectées en intradermiques, alors qu’elles doivent l’être en sous dermiques, elles génèrent des surépaisseurs inesthétiques ou des oedèmes longs à se résorber. C’est dire que la dextérité du praticien est capitale, tout acte étant irréversible et pouvant être lourd de conséquences.

La graisse

technique.jpg

Pour combler une ride, on utilise la propre graisse du patient, prélevée ailleurs par aspiration dans une seringue. Cette élégante technique, encore appelée « filling » et mise au point par le docteur Fournier, ne risque pas de provoquer de réactions indésirables, puisqu’on ne fait pas appel à des produits chimiques, toujours susceptibles d’être allergisants.

Le seul problème est en fait la durée de vie de ce "greffon" graisseux. Il semble qu’au minimum 30 % de la graisse injectée disparaissent rapidement, nécessitant une seconde séance de « sur correction » après quinze jours.

De plus, toutes les graisses du corps ne se ressemblent pas : les meilleurs résultats s’obtiennent avec des graisses prélevées près de la ride à traiter, par exemple dans un double menton.

Le fibre

C’est une substance composée de poudre de gélatine lyophilisée et d’acide aminocaproque. Ce produit, mélangé à du plasma provenant du patient, est injecté dans le derme, où la gélatine fabriquera de la fibrine qui, en colonisant des cellules (les fibroblastes), permettra une nouvelle synthèse du collagène. Des tests allergiques préalables sont nécessaires.

Le corail

De l’alliance du corps humain, de l’univers et de la nature naît la beauté. Un médecin explique les étonnantes vertus esthétiques et les applications du corail, grâce à la ressemblance constatée au microscope entre sa structure et celle de l’os humain. A l’aide d’un scanner, on voit comment la poudre de corail réalise une osmose avec le relief osseux.

La technique de rajeunissement par le corail a des effets spontanés sur les rides, puisqu’en remplissant les volumes on les étire. Tel est l’intérêt de ce biomatériau. Au fur et à mesure que passent les années, tout change dans un visage : les muscles fondent, les tissus perdent de leur élasticité par disparition du collagène, une rétention osseuse se produit au niveau des maxillaires. L’ensemble s’en trouve modifié et la peau n’épouse plus aussi bien l’ovale du visage.